Le déroulement normal de l’érection

L’excitation sexuelle se manifeste chez l’homme par l’érection. Son pénis se gorge alors de sang, il se durcit et se redresse, grâce également aux contractions des muscles de la partie inférieure et du périnée. Contrairement aux a priori, l’érection n’est pas purement mécanique ! En effet, tout part du cerveau : sous l’effet de l’excitation sexuelle, des signaux de stimulation sexuelle sont transmis du cerveau jusqu’à la verge, en passant par la moelle épinière et les nerfs érecteurs. Mais le pénis prend parfois des libertés et n’informe pas le cortex cérébral avant de passer en mode actif.

L’appareil génital masculin

Le pénis est formé de trois corps érectiles : le corps spongieux qui, grâce à l’urètre, conduit l’urine et le sperme vers l’extérieur, et les corps caverneux qui reçoivent le sang lors de l’érection. Les deux corps caverneux sont dorsolatéraux et se situent sur le dos de la verge alors que le corps spongieux au-dessous des corps caverneux, sur le dos de la verge. Constituée de plusieurs enveloppes, la verge se termine par le gland et est recouvert du prépuce.

Système reproductif masculin
Système reproductif masculin

Les phases de l’érection

L’érection peut se résumer à un apport de sang important dans les corps caverneux suite à une stimulation visuelle ou physique. L’érection comprend 5 phases distinctes :

1. L’excitation : suivant une excitation physique (contact, caresses), ou mentale (pensées sexuelles, fantasmes), des signaux sont envoyés au cerveau puis à la moelle épinière transmettant l’ordre aux nerfs péniens de déclencher l’érection.

2. La tumescence : les corps caverneux se gorgent de sang ce qui permet au volume du pénis d’augmenter.

3. La rigidification : la pression augmentant dans les corps caverneux, les veines sont compressées et l’évacuation du sang se réduit alors que l’apport de sang augmente, ce qui permet à la verge de se rigidifier.

4. L’éjaculation : l’éjaculation signifie que le pallier maximum d’excitation a été atteint. Le sperme est envoyé vers la prostate et les muscles péniens se contractent alors rapidement : le sperme est ainsi expulsé.

5. L’orgasme : bien que l’orgasme ne soit pas dépendant de l’érection, sa survenance est concomitante à l’éjaculation. L’orgasme peut se définir comme étant le point culminant de l’excitation et se manifeste par un plaisir physique intense.

Les mécanismes en action

Lors d’une érection, le cerveau envoie un signal aux nerfs érecteurs via la moelle épinière. Les nerfs excitateurs, eux, déclencheront une augmentation de la concentration de guanosine monophosphate cyclique (GMC), permettant aux muscles lisses de se relâcher et au flux sanguin d’augmenter. Les corps spongieux se gorgent ensuite de sang par un phénomène de vasodilatation, c’est alors que la tumescence de la verge devient plus importante.

Pour augmenter la pression et afin que le pénis entre en érection, il faut que le débit du retour veineux soit diminué par la compression des veines drainant le sang hors du pénis. Le retour veineux sera bloqué jusqu’à l’éjaculation, puis le phénomène s’inversera. La concentration en GMPs est réduite et dégradée par l’enzyne PDE5 (phosphodiestérase5) et les muscles lisses se contractent de nouveau. Le pénis retourne ensuite à son état flaccide.

Le mécanisme d'une érection
Le mécanisme d'une érection

Traitements contre l'impuissance

Viagra
Viagra®
  • Effets en 30 à 60 minutes
  • Reste actif pendant 4 heures
  • Le plus populaire dans le monde
Levitra
Levitra®
  • Action rapide en 20 minutes
  • Reste actif pendant 5 heures
  • Pour les + de 65 ans et diabétiques
Cialis
Cialis®
  • Efficace en 30 minutes
  • Reste actif pendant 36 heures
  • Efficace longtemps après la prise
Spedra
Spedra®
  • Agit en seulement 15 minutes
  • Reste actif pendant 6 heures
  • Procure une érection très ferme

Laisser un commentaire

Share: